loader image

Arthur Ancelle

Piano

Véritable électron libre parmi les pianistes de sa génération, Arthur Ancelle est particulièrement remarqué pour son engagement musical, la finesse et l’intelligence de son jeu, son anticonformisme, ainsi que par son art de la transcription pour piano.

Ayant débuté le piano à 3 ans, l’étude de l’harmonie à 7 ans, diplômé en musique de chambre et pédagogie, Arthur Ancelle est titulaire du Diplôme de Concertiste de l’Ecole Normale de Musique de Paris et lauréat de nombreux concours internationaux, en France, en Russie, en Bulgarie, en Italie, en Espagne, en Australie, qui lui valent d’être invité à jouer dans plusieurs des plus grandes salles du monde, telles Carnegie Hall, le Kennedy Center, les Philharmonies de Saint-Pétersbourg et de Moscou, les Salles Cortot et Gaveau à Paris…

Arthur Ancelle se distingue par ses recherches approfondies remettant en cause certaines traditions d’interprétation dans les répertoires qu’il aborde, comme en témoignent chacun de ses enregistrements :

Chez Chopin, son compositeur de prédilection, « Arthur Ancelle purge ces oeuvres tellement enregistrées de décennies de clichés expressifs » (Gramophone), avec « un ton d’évidence porté par des moyens pianistiques considérables » (artamag’) ; compte tenu de «l’exceptionnelle saturation émotionnelle et la profondeur de l’interprétation », Piano Forum est « sûr qu’il sera en mesure d’ouvrir la voie à une interprétation nouvelle de Chopin ».

La fréquentation du compositeur n’est probablement pas étrangère à l’autorité « renversante » (Classica) et « incontestable » (concertonet.com) dont fait preuve Arthur Ancelle dans l’interprétation des oeuvres principales d’Henri Dutilleux. « Un jalon dans l’histoire du disque » (Le Monde), « l’un des meilleurs parmi tous les enregistrements existants » (Piano Forum).

Intelligent, facétieux, novateur, aventureux, libre, inventif, énergique, flamboyant, les qualificatifs n’ont pas manqué pour décrire l’interprétation révolutionnaire proposée par Arthur Ancelle dans les sonates de Haydn. « A la limite de l’improvisation » (Cadences, France Musique), « Ancelle veut captiver l’attention, qu’on se demande ce qui va arriver, et il y parvient » (classica).

En duo avec Ludmila Berlinskaya, il a joué aux Sommets Musicaux de Gstaad, au festival des Nuits de Décembre de Moscou, au Tokyo Spring Festival, au Rota das Artes de Lisbonne, aux Lisztomanias, aux Solistes à Bagatelle ou aux Pianofolies du Touquet en France. En Russie, ils jouent chaque saison dans les plus belles salles de Moscou et de Saint-Pétersbourg et sont invités par des orchestres prestigieux tels l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre Philharmonique de Freiburg, l’Orchestre Philharmonique d’Ulsan…

http://www.duoberlinskaiaancelle.com